Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
La Bible
n°31

Judée

Ier siècle

D’extraordinaires prophéties annonçaient la venue du Messie

L’attente du Messie fut le fait d’une longue série d’hommes qui prophétisèrent, sur plusieurs siècles et au travers de très nombreuses paroles et figures, inspirées ou révélées, la venue d’un roi Messie issu d’Israël, qui allait changer le cours de l’Histoire du monde, en évoquant aussi sa naissance, sa vie, sa mort, sa postérité, sa mission et même la date de sa venue. Il s’agit d’un fait incontestable et unique au monde : nulle part ailleurs qu’en Israël il n’y eut dans l’histoire de l’humanité l’équivalent d’une telle attente qui s’est accomplie de manière très étonnante en Jésus, au temps fixé.

iStock/Getty Images Plus/Vladimir Zapletin
iStock/Getty Images Plus/Vladimir Zapletin

Les raisons d'y croire :

  • Les prophéties sont un fait historique incontestable : la petite partie du peuple d’Israël qui n’a toujours pas reconnu le Christ atteste de l’ancienneté et de l’authenticité de toutes ces paroles qui datent de bien avant la venue du Christ. 
  • Les promesses prophétiques sont égrenées tout au long de l’Ancien Testament, d’Adam (Gn 3,15) à David (2 Sa 7,5), en passant par Abraham (Gn 22,18), Isaac (Gn 22,8), Jacob (Gn 49,10), Joseph (Gn 50,20), Moïse (Dt 18,15) et tous les prophètes. Les prophéties sont étonnantes par leur justesse et évoquent de façon complémentaire tous les aspects du mystère du Christ.
  • Les prophéties annoncent, après un Précurseur (Ma 3,1-3 ; 23-24), la venue mystérieuse d’un « Roi » Messie « humble » et pacifique (Za 9,9-10), d’un enfant « merveilleux » (Is 9,5), « Prince de la Paix » ; sa naissance « à Bethléem » (Mi 5,1-2) ; son onction de « l’Esprit de Dieu » (Is 11,1-2 ; 42,1) ; une « Alliance nouvelle » (Jr 31,31) ; un « rédempteur » en Sion (Is 59,20), « une Terre nouvelle et des cieux nouveaux » (Is 65,17).
  • Le Messie est appelé de noms divins et grandioses : « Emmanuel (Dieu-avec-nous) » (Is 7,10), « Dieu fort », « Père à jamais » (Is 9,5), « un Fils d’homme venant sur les nuées du ciel » (Dn 7,13-14), mais il est prophétisé également comme un « serviteur » souffrant (Is 52,13), « objet de mépris, abandonné des hommes, Homme de douleur, familier de la souffrance » (Is 53,3), « transpercé à cause de nos crimes » (Is 53,5), qui « justifiera les multitudes » (Is 53,11), « parce qu’il s’est livré lui-même à la mort et qu’il a été compté parmi les criminels, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les criminels » (Is 53,12).
  • Finalement, « à la suite de l’épreuve endurée par son âme, il verra la lumière et sera comblé » (Is 53,11), car « Tu ne peux laisser ton Saint voir la corruption » (Ps 16,10).
  • Sa domination est annoncée « de la mer à la mer, du Fleuve jusqu’aux extrémités de la terre » (Ps 72,7-8) ce qui devait sembler à l’époque extravagant, étant donné qu’Israël était un tout petit peuple entouré de grands empires impressionnants. Mais les prophètes vont même jusqu’à dire : « Son empire est un empire éternel, qui ne passera jamais » (Dn 7,14).

Synthèse :

La venue, la vie et la mission du Messie ont été annoncées par de nombreuses prophéties, figures et images qui doivent être, bien sûr, situées dans leur contexte et entendues dans la grammaire de la tradition juive de l’époque du Christ. Sans entrer dans des explications trop compliquées, un survol rapide de ces textes prophétiques fait comprendre à quel point Jésus a accompli absolument toutes les prophéties messianiques. 

En voici quelques-unes (extraites du livre Jésus le Messie attendu par Israël selon les prophéties bibliques, publié par Marie de Nazareth Productions) :

  • Il devait naître à Bethléem : « Et toi, Bethléem Ephrata, tu n’es pas le moindre des clans de Juda, car c’est de toi que me naîtra Celui qui doit régner sur Israël » (M5,1-2).
  • Bethléem sera aussi un lieu de tristesse, avec le massacre des Innocents : « Une voix dans Rama s’est fait entendre, pleur et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et elle ne veut pas qu’on la console, car ils ne sont plus » (Jr 31,15).
  • L’élu passera en Égypte : « En ce temps-là, il y aura un autel pour le Seigneur au milieu du pays d’Égypte et sur la frontière un monument dédié au Seigneur. Ce sera pour le Dieu des Armées un signe et un témoignage dans le pays d’Égypte » (Is 19,19).
  • Il sera précédé de la venue d’un mystérieux Précurseur : « Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que n’arrive le jour du Seigneur, grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils et le cœur des fils vers leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’anathème » (Ml 3,23-24).
  • Le Messie sera fils d’Israël : « Je le vois – mais non pour maintenant, je l’aperçois – mais non de près : un astre issu de Jacob devient chef, un sceptre se lève, issu d’Israël » (Nb 24,17).
  • Il sera de la tribu de Juda : « Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda, ni le bâton de chef d’entre ses pieds, jusqu’à ce que le tribut lui soit apporté et que les peuples lui obéissent » (Gn 49,10).
  • Il sera fils de David : « Je maintiendrai après toi le lignage issu de tes entrailles et j’affermirai sa royauté. C’est lui qui construira une maison pour mon Nom et j’affermirai pour toujours son trône royal. Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront à jamais devant moi, ton trône sera affermi à jamais » (2 Sa 7,5-19) ; « Un rejeton sortira de la souche de Jessé, un surgeon poussera de ses racines » (Is 11,1) et le Christ était bien « Fils de David » par Joseph qui était « de la maison et de la descendance de David » (Lc 2, 4) et par Marie (cf. article explicatif), alors que la lignée de David est perdue aujourd’hui.
  • Il sera Fils de Dieu : « Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils » (2 Sa 7,5-19) ; « Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré » (Ps 2,7).
  • Ce sera bien un homme, décrit « comme un Fils d’homme » (Dn 7,9-14) : « Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! » (Is 9,5).
  • Mais il sera de nature divine, « venant sur les nuées du ciel » (Dn 7,9-14) : « Elle lui donnera le nom d’Emmanuel, c’est-à-dire : Dieu-avec-nous » (Is 7,10-14) ; « On proclame son nom : Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père à jamais, Prince de la Paix » (Is 9,5) ; « Et soudain il entrera dans son sanctuaire, le Seigneur que vous cherchez » (Ml 3,1-3) ; « Son origine remonte aux temps anciens, aux jours de l’éternité » (Mi 5,1-2) ; « Moi, c’est moi le Seigneur, et en dehors de moi il n’y a pas de sauveur » (Is 43,11).
  • Il sera oint de l’Esprit du Seigneur, comme l’Esprit repose sur le Fils de Dieu, de toute éternité : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction » (Is 61,1) ; « Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur, esprit de sagesse et d’intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur » (Is 11,1-2).
  • Il sera présenté au Temple : « Et soudain il entrera dans son sanctuaire, le Seigneur que vous cherchez ; et l’Ange de l’alliance que vous désirez, le voici qui vient ! dit le Seigneur Sabaot. Qui soutiendra le jour de son arrivée ? Qui restera droit quand il apparaîtra ? » (Ml 3,1-3).
  • Il viendra fonder une Alliance nouvelle : « Voici venir des jours – oracle du Seigneur – où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle. Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur. Alors je serai leur Dieu et eux seront mon peuple. Tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands – oracle du Seigneur – parce que je vais pardonner leur crime et ne plus me souvenir de leur péché » (Jr 31,31).
  • Cette Nouvelle Alliance engendrera un autre sacerdoce (cf. He 10,4-10) : « Le Seigneur l’a juré dans un serment irrévocable : "Tu es prêtre pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédech" » (Ps 109,4).
  • Le Messie illuminera d’abord la Galilée : « Terre de Zabulon, terre de Nephtali, route de la mer, pays de Transjordanie, Galilée des Nations : le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui demeuraient dans le pays de l’ombre, une lumière s’est levée » (Is 8,23-9).
  • Sa prédication révélera les mystères de Dieu : « J’ouvrirai la bouche en paraboles. Je clamerai des choses cachées depuis la création du monde » (Ps 78,2) ; « Il jugera mais non sur l’apparence. Il se prononcera mais non sur le ouï-dire. Il jugera les faibles avec justice, il rendra une sentence équitable pour les humbles du pays » (Is 11,3-4).
  • Sa domination s’étendra sur toute la terre : « Sa domination s’étendra d’une mer à l’autre et du fleuve jusqu’aux extrémités de la terre » (Za 9,10) ; « Tu les conduiras avec un sceptre de fer, comme vases de potier tu les casseras » (Ps 2,1-9).
  • Son salut atteindra jusqu’aux extrémités de la terre (Is 49,5-6) : « Demande, et je te donne pour domaine les extrémités de la terre » (Ps 2,1-9) ; « Il dominera de la mer à la mer, du Fleuve jusqu’aux bouts de la terre » (Ps 71,8).
  • Il inaugurera un Royaume éternel au-delà de la Terre : « À lui fut conféré empire, honneur et royaume, et tous peuples, nations et langues le servirent. Son empire est un empire éternel qui ne passera point, et son royaume ne sera point détruit » (Dn 7,9-14) ; « Un royaume qui jamais ne sera détruit, et ce royaume ne passera pas à un autre peuple. Il écrasera et anéantira tous ces royaumes, et lui-même subsistera à jamais » (Dn 2,39-45).
  • Toutes les nations viendront à lui : « Demande, et je te donne les nations pour héritage » (Ps 2,1-9) ; « Il sera la lumière des nations, et la connaissance de notre Dieu remplira la terre entière » (Is 49,3-6), œuvre messianique qui a été réalisée une fois pour toutes par le Christ.
  • Toutes les nations seront bénies en lui : « C’est par ta postérité que seront bénies toutes les nations de la terre » (Gn 22,18) ; « Son nom sera béni à jamais, il durera sous le soleil ! En lui seront bénies toutes les races de la terre, et tous les païens le diront bienheureux » ; « Je fais de toi la lumière des nations » (Is 49,5-6).
  • Il sera le Sauveur du monde : « Le Seigneur ton Dieu est au milieu de toi, héros sauveur ! » (So 3,14-17) ; « Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël » (Is 41,14) ; « Alors un rédempteur viendra à Sion, pour ceux qui se détournent de leur crime, en Jacob. Oracle du Seigneur » (Is 59,20).
  • Il sera Roi : « Voici ton roi qui vient vers toi » ; « Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Le Seigneur est roi d’Israël en ton sein » (So 3,14-17) ; « Et toi, Bethléem Ephrata, tu n’es pas le moindre des clans de Juda, car c’est de toi que me naîtra Celui qui doit régner sur Israël » (Mi 5,1-2) ; « L’insigne du pouvoir est sur son épaule » (Is 9,5).
  • Il sera pacifique : « Il fera disparaître d’Éphraïm les chars de guerre, et de Jérusalem les chevaux de combat ; il brisera l’arc de guerre et il proclamera la paix aux nations » (Za 9,10). 
  • Il sera humble : « Voici ton roi qui vient vers toi. Il est juste et victorieux, humble et monté sur un âne, sur le petit d’une ânesse » (Za 9,9).
  • Il sera un temps méprisé, incompris, abandonné des hommes et, d’une certaine manière, de Dieu : « Objet de mépris, abandonné des hommes » (Is 53,3) ; « Comme quelqu’un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n’en faisions aucun cas » (Is 53,3) ; « Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu et humilié » (Is 53,4) ; « Parmi ses contemporains, qui s’est inquiété qu’il ait été retranché de la terre des vivants, qu’il ait été frappé pour le crime de son peuple ? » (Is 53,8) ; « L’insulte m’a brisé le cœur jusqu’à défaillir. J’espérais la compassion, mais en vain, des consolateurs, et je n’en ai pas trouvé » (Ps 68,21) ; « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Ps 21,2) ; « Tous ceux qui me voient me bafouent, ils ricanent et hochent la tête : "Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre ! Qu’il le sauve puisqu’il est son ami ! » (Ps 21,8).
  • Il souffrira : « Homme de douleur, familier de la souffrance » (Is 53,3) ; « Maltraité, il s’humiliait, il n’ouvrait pas la bouche, comme l’agneau qui se laisse mener à l’abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n’ouvrait pas la bouche » (Is 53,3) ; « Ô vous qui passez par le chemin, regardez et voyez s’il est une douleur semblable à ma douleur » (Lm 1,12).
  • Il sera chargé de nos péchés, de nos souffrances : « Or ce sont nos souffrances qu’il portait et nos douleurs dont il était chargé » (Is 53,4) ; « Le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à tous » (Is 53,6).
  • Il sera trahi : « Celui qui partageait mon pain a levé la main contre moi » (Ps 40,10).
  • Il sera rejeté par son peuple : « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle ; c’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille à nos yeux » (Ps 117,22-23). 
  • Il sera jugé : « Par contrainte et jugement il a été saisi » (Is 53,8).
  • Il sera cloué sur la Croix : « Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os » (Ps 21,17). 
  • Il sera transpercé : « Ils regarderont vers celui qu’ils ont transpercé » (Za 12,10-12). 
  • De l’eau sortira de son côté : « Voici que de l’eau sortait du côté droit du Temple, au sud de l’autel. Il me dit : "Cette eau s’en va vers la mer en sorte que ses eaux deviennent saines. Partout où passera le torrent, tout être vivant qui y fourmille vivra, car cette eau vient du sanctuaire » (Ez 47,1-12). 
  • Il sera entouré par des larrons : « Oui, des chiens me cernent, une bande de vauriens m’entourent » (Ps 21,17).
  • On lui donnera du vinaigre pour apaiser sa soif : « Dans ma soif ils m’abreuvaient de vinaigre » (Ps 68,22).
  • On se partagera ses habits et on tirera au sort son vêtement : « Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement » (Ps 21,19).
  • Il mourra et sera enterré dans un tombeau de riche : « On lui a donné un sépulcre avec les impies et sa tombe est avec le riche, bien qu’il n’ait pas commis de violence et qu’il n’y ait pas eu de tromperie dans sa bouche » (Is 53,9).
  • On le pleurera : « Ils se lamenteront sur lui comme on se lamente sur un fils unique ; ils le pleureront comme on pleure un premier-né » (Za 12,10).
  • Il sera vainqueur de la mort et ressuscitera : « À la suite de l’épreuve endurée par son âme, il verra la lumière et sera comblé » (Is 53,11) ; « Tu ne pouvais laisser ton ami voir la corruption » (Ps 15,10) ; « Il fera disparaître la mort à jamais » (Is 25,8).
  • Il sera le Rédempteur de l’homme : « Il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes » (Is 53,5) ; « Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison » (Is 53,5) ; « Par lui la volonté du Seigneur s’accomplira »(Is 53,10) ; « Par sa connaissance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes en s’accablant lui-même de leurs fautes » (Is 53,11) ; « Il aura sa part parmi les multitudes, et avec les puissants il partagera le butin, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort et qu’il a été compté parmi les criminels, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les criminels » (Is 53,12).
  • L’Esprit de Dieu sera envoyé : « Après cela je répandrai mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions. Même sur les esclaves, hommes et femmes, en ces jours-là, je répandrai mon Esprit » (Jl 3,1-5).
  • Il ouvrira à d’autres peuples : « J’appellerai "mon peuple" une nation qui n’était pas mon peuple » (Os 2,25 repris par Rm 9,25).
  • Nous sommes sauvés par le bois de sa Croix : comme le bois de l’Arche de Noé, comme le bâton de Moïse, c’est toujours le bois (la croix) qui fait franchir l’eau (le baptême) pour parvenir à la Terre Promise.
  • Jésus a accompli le sabbat véritable : le sabbat, du vendredi soir au dimanche matin, célébrait le repos de Dieu à la fin de la création (Gn 2,2 ; Ex 16,29 ; 20,8). Il se révèle finalement comme une anticipation et une annonce de la mort et du repos parfait du Christ. Du vendredi soir au dimanche matin, le Christ s’est reposé dans la mort après la nouvelle création.
  • Il a également accompli la figure de Moïse : Moïse annonçait la venue d’un prophète « comme lui » : « Le Seigneur ton Dieu suscitera pour toi, du milieu de toi, parmi tes frères, un prophète comme moi, que vous écouterez » (Dt 18,15-18). Le Christ apparaît comme nouveau Moïse qui tire l’homme de la terre du péché à travers les eaux du baptême. Il conduit vers la Terre Promise du Royaume de Dieu en passant par le désert de ce monde, il offre le secours de la Loi de l’Esprit gravée dans les cœurs, accomplissement de la Loi sur la pierre, il offre la nourriture de son Corps, le vrai Pain du ciel, accomplissement de la manne.
  • Il a accompli la figure de Joseph : Joseph vendu par ses frères, sauve l’univers, puis se fait finalement reconnaître de ses frères et pleure en les serrant sur son cœur (Gn 50,20).
  • Il a accompli la figure d’Isaac : il est le Fils unique que le Père a donné comme Abraham. Il est l’Agneau choisi par Dieu, immolé sur le mont Moriah (Gn 22,8).
  • Le Christ est à la fois le prêtre, l’autel et la victime de la nouvelle et éternelle Alliance. La nouvelle Alliance est conclue dans son propre sang. Il est le Grand Prêtre qui est entré une fois pour toutes dans le vrai Temple, qui est au Ciel.
  • L’Église est l’épouse tirée du côté du Christ, plongé dans la mort, comme Ève avait été tirée du côté d’Adam plongé dans un sommeil mystérieux.
  • Il a annoncé sa venue en gloire qui achèvera toutes les prophéties : « Toutes les nations le verront » (Mt 24,30). Toute la terre sera remplie de sa gloire, les signes précurseurs de cette venue étant l’Évangile prêché jusqu’aux extrémités de la terre (Mt 24,14), la grande apostasie du monde (2 Th 2,3) et le retour d’Israël sur sa terre (Lc 21,24). 

Et ce, sans compter tout ce qui concerne la Très Sainte Vierge et le moment de la venue du Messie, qui sont des sujets trop larges et que nous présenterons un autre jour…

En résumé, si l’on comprend bien que certaines prophéties ne sont accomplies que dans l’éternité, au Ciel – par exemple celles concernant la paix universelle, « Le loup habitera avec l’agneau » (Is 11,6), ou la connaissance universelle de Dieu, « Tous connaîtront Dieu, du plus petit au plus grand » (Jr 31,34), « il ne se fera plus de mal sur mon montagne sainte » (Is 11,9), etc. –, il n’est pas possible de trouver une seule prophétie messianique que Jésus n’a pas pleinement accomplie. C’est pourquoi ce fait extraordinaire des prophéties constitue une des grandes raisons de croire. Toute l’œuvre du Christ s’est faite « selon les Écritures » (cf. Mt 2,5 ; 11,10 ; 21,42 ; 26,24 ; 26,31 ; 26,54 ; Mc 1,2 ; 7,6 ; 14,21 ; 14,27 ; 14,49 ; Lc 7,27 ; 18,31 ; 20,17 ; 24,32-46 ; Jn 1,45 ; 2,17 ; 5,39 ; 5,46 ; 12,14 ; Ac 13,29, etc.).

Olivier Bonnassies


Au-delà des raisons d'y croire :

La prière et la liturgie de l’Église, tout au long de l’année, font toucher du doigt combien le Christ accomplit et surpasse les attentes d’Israël en nous permettant d’entrevoir « la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur de ce mystère qui dépasse toute connaissance, l’amour du Christ » afin que nous puissions être « comblés jusqu’à entrer dans toute la plénitude de Dieu » (Ep 3,18-19).


Aller plus loin :

Le livre Jésus le Messie attendu par Israël selon les prophéties bibliques, publié par Marie de Nazareth Productions.


En savoir plus :

Partager cet article

LES RAISONS DE LA SEMAINE