Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Témoignages de rencontres avec le Christ
n°35

France

1936-1950

Gabrielle Bossis, « Lui et moi »

Pendant quatorze ans, de 1936 à 1950, Gabrielle Bossis a reçu des messages que Jésus lui demandait de copier littéralement afin qu’ils soient publiés après sa mort, sous le titre Lui et moi. Ils l’ont été effectivement après l’approbation explicite de l’évêque de Nantes et des pères Lebreton et de Parvillez – deux excellents jésuites. En les lisant, nous voyons la joie qu’avait cette jeune fille à faire plaisir à Jésus et à jouer des pièces de théâtre dans des patronages de jeunes.

Gabrielle Bossis lors de sa première communion en 1886. / © CC BY-SA 4.0/Megalonzerg
Gabrielle Bossis lors de sa première communion en 1886. / © CC BY-SA 4.0/Megalonzerg

Les raisons d'y croire :

  • Le style d’écriture, inimitable, se retrouvait déjà chez sainte Gertrude d’Helfta, et se retrouvera par la suite chez Vassula Rydén, deux autres mystiques proches de Jésus ayant retranscrit ses paroles.
  • Les écrits de Gabrielle Bossis ont été publiés d’abord anonymement, avec l’imprimatur nihil obstat de l’Église qui indique que leur contenu ne contredit pas la doctrine de l’Église catholique en matière de foi ou de morale.
  • Les cœurs à cœurs avec Jésus que rapporte Gabrielle sont extraordinaires de poésie, de profondeur et de douceur. Chacun est un véritable enseignement de Jésus-Christ.
  • Son journal rencontre immédiatement un vif succès et est traduit en plusieurs langues. Ces écrits ont conduit à de nombreuses conversions et ont inspiré de nombreux prêtres et religieux, comme Don Patrick de Laubier ou le père Pierre Descouvemont.

Synthèse :

Née en 1874, Gabrielle bénéficie des enseignements donnés à Nantes par l’abbé Larose, un prêtre chargé de construire et d’animer la première paroisse de Bretagne dédiée à la petite Thérèse, toute récemment canonisée. Elle vit intensément la « petite voie d’enfance spirituelle ».

À vingt ans, elle se pose la question de la vie religieuse, mais elle sent que sa vocation est de « rester dans le monde », comme on disait alors, tout en vivant déjà une intimité très grande avec le Seigneur.

Très attirée par la figure de François d’Assise, elle décide d’entrer dans le Tiers-Ordre franciscain. Les garçons qui l’admirent ne manquent pas, car elle a beaucoup de charme, mais elle éconduit facilement ses nombreux prétendants. Elle est heureuse de faire le catéchisme et de confectionner de très beaux ornements liturgiques pour les missionnaires.

Elle entreprend aussi des études d’infirmière – ce qui lui permettra, pendant la guerre de 1914-1918, de se mettre au service des blessés dans les hôpitaux de la région, puis à Verdun.

Ce que personne ne peut soupçonner, ce sont ses longues heures d’oraison et ses austérités. Elle dort à même le sol, enveloppée dans une couverture, et on a retrouvé après sa mort le cilice qu’elle portait la nuit. En revanche, ce que tout le monde connaît et apprécie, c’est sa joie de vivre, son enthousiasme, son rire communicatif. Ses neveux et nièces aiment beaucoup se retrouver chez tante Gaby et jouer avec elle.

Le curé du Fresne-sur-Loire apprécie tellement son charisme dans l’évangélisation des jeunes qu’il lui demande de composer des comédies pour les patronages. À 49 ans, elle relève le défi. Ses treize pièces –  une nouvelle chaque année – remportent un tel succès qu’elle est invitée à les jouer et à les faire jouer un peu partout à travers le monde.

En août 1936, on lui demande d’aller au Canada, afin d’apprendre aux jeunes filles de là-bas à danser et à jouer comme elle.

Or, sur le paquebot, Jésus commence à lui parler en direct et à lui réclamer son amour ! Ce n’est pas une « voix off », mais des paroles que Jésus lui adresse dans le fond de son cœur. Elle doit les transcrire littéralement pour qu’elles puissent être publiées après sa mort. Ces paroles ne sont accompagnées d’aucune vision, mais le père Alphonse de Parvillez, un excellent jésuite devenu son père spirituel en 1929, la conforte dans l’idée que c’est vraiment Jésus qui lui parle et qui lui demande d’écrire tous ces messages.

Pendant quatorze ans, Jésus va donc aider Gabrielle à vivre un véritable voyage de noces avec lui, à tout faire avec lui, en lui et pour lui, à se livrer à toutes ses activités de comédienne et d’organisatrice de spectacles, dans la joie profonde de lui faire plaisir. Il lui demande d’être sa « consolatrice », de réparer, par tous ses sourires intérieurs, la peine que lui font les chrétiens qui ne prennent pas le temps de jouir de sa présence tout au fond de leur cœur.

Chaque jeudi, il attend ardemment son « heure sainte ». Il est tellement un époux plein d’amour, lui explique-t-il, qu’il prend un immense plaisir à recevoir tous les actes d’amour de sa « petite fille » : il n’en a pas besoin – Fils de Dieu, il est infiniment heureux –, mais il les « réclame » !

Il lui demande de faire publier ces messages, afin de faire comprendre à ceux qui les liront plus tard la possibilité de vivre une très grande familiarité avec lui, sur les planches ou dans les coulisses d’un théâtre comme derrière les grilles d’un carmel.

Ces messages ont été publiés chez Beauchesne en sept petits livres, sous le titre demandé par Jésus lui-même, Lui et moi. Le premier en 1949, sans nom d’auteur, du vivant de Gabrielle, les autres de 1950 à 1957.

Aujourd’hui, ils sont également publiés en un seul volume, par ordre chronologique, aux éditions Rassemblement à son image.

Gabrielle est morte le 9 juin 1950, suite à un cancer du sein qui s’est étendu rapidement aux poumons.

Elle est inhumée au cimetière du Fresne-sur-Loire, dans une tombe sur laquelle elle avait fait graver en juin 1936 ce qu’elle s’était efforcée de vivre jusque-là avec Jésus :

« Ô Christ, mon Frère,
Travailler près de Toi,
Souffrir avec Toi,
Mourir pour Toi,
Survivre en Toi. »


Au-delà des raisons d'y croire :

Lui et moi est considéré comme l’un des plus grands écrits mystiques de notre temps.


Aller plus loin :

Gabrielle Bossis, Lui et Moi, œuvre complète, 2021, Plouisy, Rassemblement à son image.


En savoir plus :

  • Site de l’association Gabrielle Bossis.
  • Gabrielle Bossis, Lui et Moi – Entretiens Spirituels, tomes 1 à 7, 1948-1957, Paris, Beauchesne.
  • Gabrielle Bossis, Lui et Moi – Entretiens Spirituels, 7 tomes réunis en un seul volume, 2020, Paris, Beauchesne.
  • Pierre Descouvemont, Les messages d’amour de Jésus à Gabrielle Bossis, une disciple de Thérèse, 2017, Paris, Beauchesne.
  • Pierre Descouvemont, Prier 15 jours avec Gabrielle Bossis, 2018, Bruyères-le-Châtel, Nouvelle Cité.
  • Pierre Descouvemont, La joie de consoler Jésus, 2021, Paris, Salvator.
  • Lui et moi en audio, sur la chaîne YouTube « La Parole qui donne la vie éternelle ».
Partager cet article

LES RAISONS DE LA SEMAINE